Aux origines de l’indienne d’Amérique

Dans le XIVe à Paris, quartier Montparnasse, il m’arrive de me promener dans le jardin du musée Bourdelle. Nous avons la chance d’avoir de très bons jardiniers à Paris. Ils viennent le lundi faire l’entretien du jardin et renforcer les pieds des plantations. Les zones ombragées et quelques différentes chaises créées un climat des plus agréables pour la détente et la réflexion. On y aime lire, marcher et admirer l’oeuvre du grand monsieur. J’aime énormément Antoine Bourdelle. Ses nus m’inspirent des natures de femmes ancrées, aux fesses et aux hanches bien charpentées. Les sculptures sont sur le chemin un peu partout comme une mythologie personnelle. Les petites déesses, les esprits des bois, les dieux de l’antique, le monde paysan et ses amours au coeur simple nous font des papillons dans le ventre et dans la tête. J’aime être là et j’aime apprendre quelque chose de plus de cet homme à chaque fois que je visite ses ateliers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s