Étiquette : croquis

Sketch d’une bibliothèque

Suggestion d’un passant lors d’un voyage au Havre. Visiter depuis une abbaye – ou une cathédrale – tout autre monument auquel elle fait penser, enlevée de sa charge religieuse. 😊

À Harfleur, ville connue pour ses maisons au bord de l’eau, c’est la bibliothèque de quartier Elsa Triolet qui s’imposa. Le musée du Prieuré a été visité ainsi que le centre culturel La Forge bien sûr mais, c’est la lumière sur ce bâtiment qui ramène à la chaux, aux malheurs de Sophie et autres contes tournant toujours autour de la maison qui se révéla comme sujet d’études excellent.

Depuis un carnet – à ses couleurs vert et blanc – j’ai rêvé de lui associer des notes d’été. 🏡🌴

L’appétit vient en mangeant

Jumièges organise épisodiquement une manifestation culturelle dans son abbaye. L’art contemporain environnemental réuni des plasticiens, des sculpteurs, des paysagistes, des photographes en lien avec le Land Art. J’ai eu la chance d’en voir deux à ce jour et de connaître l’abbaye qui date du IXe siècle, l’une des mieux préservée en Normandie. La cuisine d’une auberge m’a fait dessiner sur place. Une escapade le temps d’un week-end à Rouen. Fin 2016.

produits de la mer depuis la Normandievin, lotte et crevette rose au cerfeuilà l'auberge des ruines en NormandieJumièges à Ciel Ouvert

Scène d’intérieur

crayon de fusain sur papier étude o
crayon de fusain sur papier étude A5

Fait au musée des Beaux-Arts de Rouen fin 2016.

Je n’ai pas noté le nom du tableau sur le moment. D’ici quelques jours, je devrais le retrouver par la magie des réseaux. Mais il a quelque chose de spécial. Le dos et le visage font très Ingres.

L’art pour inspiration

portrait au graphite de André A5 plus rehaut au feutre
portrait de André au graphite A5 plus rehaut au feutre

Les peintres font parler les écrivains. J’aime bien cet angle pour apprendre à nous connaître. Ce n’est pas une biographie mais une source d’inspiration. C’est enrichissant intellectuellement. Stimulant aussi. Les peintres font aussi dessiner les écrivains. Mais où allons-nous ?

merci André, Kelsey et les autres …

Bouger son pantin

Les cours de Jean-François Debord on été mis en ligne l’année dernière. Ils couvrent la période 2002-2003, juste avant qu’il ne parte à la retraite. J’ai été tentée d’en suivre quelques-uns. L’anatomie je connais, la morphologie pas. C’est organique et décousu. Un peu vite passé à la couleur mais quand on veut apprendre il faut aller vite. J’avais très peur de me mettre à écrire comme on parle. Chose que je déteste. La peur s’est vérifiée. J’ai lâché le crayon immédiatement. Aucun de ces croquis n’a volé de ses propres ailes. Les formes abstraites ont fait sortir les illusions de leurs cases. C’est très terrien comme effet. À faire tous les jours comme une discipline c’est trop difficile. Une à deux fois par semaine est très bien en revanche.

C’est un bon enseignement. 🍃 💀 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lien pour suivre les cours -> https://bibnum.explore.psl.eu/s/psl/search?itemSet%5Bids%5D%5B0%5D=248849

L’art source d’inspiration

portrait au graphite de André A5 plus réhaut au feutre
portrait de André au graphite A5 plus rehaut au feutre

Les peintres font parler les écrivains. J’aime bien cet angle pour apprendre à nous connaître. Ce n’est pas une biographie mais une source d’inspiration. C’est très enrichissant intellectuellement. C’est stimulant aussi. Les peintres font aussi dessiner les écrivains. Mais où allons-nous ?

merci André, Kelsey et les autres …

 

Anvers et contre tout

Croquis fait dans la maison de Rubens à Anvers. Le 15 août 2017 avec un carnet pour seul poids dans le sac, j’allais de bonheur prendre le train depuis Bruxelles. Ce jour de fête, Anvers, ouvrait ses portes. Les musées étaient entrée libre, des pommes étaient données et des extraits de comédies musicales ont été jouées.

La ville est vivante plus pour ses animations et son port que pour les diamantaires d’antan. J’ai été très impressionnée par un homme sur un banc qui aimait que je sois sérieuse et tenait à ce que je le reste. Une sorte de flamand vieille école danoise qui aurait donner la chair de poule aux enfants. Je me suis sauvée avec trois pommes pour revisiter mon adolescence et mon attirance singulière pour la presse et tous les métiers d’imprimerie. J’étais alors tant en rejet sur le métier de mon père qui travaillait dans la pub que je n’ai pas vue l’horloge tourner en notre faveur à tous les deux : l’excitation passée personne n’aime ça là pub.

Celle de la ville d’Anvers était énorme au point qu’il était difficile de quitter le centre ville bondé pour quelques vues sur les villes environnantes. J’y parvins et admirais un peu moins ce qui avait été sous les yeux de Rubens pour me dire après tout qu’aujourd’hui c’est moi qui était là. Un ciel bleu, des enfants jouant avec l’eau et des expos en cours d’installation. Fatiguée et heureuse, je quittais les magies d’Anvers et ses flamands jeunes et déjà très bonhommes. Rires.

Rubens : extraire la matière de l’invisible