Étiquette : dessin

Et je signerais sur la pierre…

Il a vu la lune. Est-ce que ça intéresse quelqu’un ? Non vraiment ça n’intéresse personne. Je ne mets pas de l’argent dans la poubelle. Les freins ont lâché et n’ont aucun rapport avec les blocages mais avec la direction assistée. Quelqu’un a un problème de gestion et heureusement je m’en fous. Chacun son tour.

Apparaît sur le papier un nu que la lumière couvre à moitié. Je l’ai laissée lézarder jusqu’à temps que le portrait prenne visage et nom. Daphné. Il va être écrit sur le vêtement. Et je signerais dans la pierre dans sa nouvelle version. Le mot de passe du projet reste ‘Le nid d’amour’.

Heureuses vacances !!

Comment on fait les dessins

Un petit-déjeuner avec de quoi remplir l’estomac pendant que tourne les sujets des prochaines créations. Je vois des fleurs dans les abstraits. La présence du soleil m’a désigné des fruits et des visages à éparpiller un peu partout comme une prairie fleurie. Je sais faire ça. Le vieux Moleskine est ressorti avec le portrait de Krishnamurti. Antoine Bourdelle avait fait son portrait.

Salut.

Bonne fête papa

Entrer dans le rôle de parent dans son symbole, dans sa réalité est transcendant. Ma tante a prise cette photo lors de mon baptême. Enroulée dans un gilet à capuche, ma main sur la manche de mon père, je devais regarder sur ma gauche sûrement l’un des invités. Il portait encore la barbe à cette époque mais s’est vite rasé pour ne plus que je pleure. Il est plus beau sans d’ailleurs. Je n’arrive toujours pas à faire son portrait. Son visage change et devient un autre visage à chaque dessin. Cette photo m’a été remise il y a quelques années. À cette période, Shining, l’enfant lumière, écrit par Stephen King faisait parti de ses lectures. Il voyait l’enfant comme le sauveur. La dernière génération née, il s’est mis à préférer les vieux. Bonne fête papa.

Immunité

peinture à l’acrylique, 40 x 30 cm, 2021

Un jour où il faisait beau, je me suis assise par terre pour brosser ce portrait. Le centre de la terre atteint dans ma spiritualité, la réalité manquait de clarté. En peignant cette femme, le calme en moi est revenu. J’aurais pu l’appeler ‘anneau au plexus’. Elle s’appelle ‘immunité’.

Le drapé

Le drapé de Patrick Le Chanu

Grande amie à coup sûr qui a inventée ces petits livres. Lors des périodes de grandes créations, ils font des pauses au studio très amusantes. 🌹❤️❤️❤️❤️🌹🌹
Nos vêtements disent une histoire. Assumer des personnages tragicomiques ou nus me fait rire. Mon héros et mon héroïne sont nus, … transparents donc pour moi. Ils ont beaucoup à ‘dire’ avant que le tissu ne veuille dire lui aussi quelque chose. Que peut une héroïne qui ne cesse de revendiquer la femme sexy sans rien sur le dos. Je ne la comprends pas. Qu’est-ce qu’elle veut me dire. Je veux moi qu’elle ait sur elle des vêtements sexys d’abord. C’est une chose que de vouloir c’en est une autre que de pouvoir. Du coup tragicomique, elle s’habille. Quelque fois c’est sexy mais elle n’a pas l’air de l’avoir fait exprès.

Aux couleurs du drapeau

L’après vie en bleu blanc rouge 💙 💗
gouache sur papier 21 x 29,7 cm

Une projection faite d’après le modèle que je commence à tenir. Il m’évoque à présent les insignes que l’on peut repérer sur certains vêtements signant une appartenance. Religieuse, sexuelle, politique, culturelle. J’ai le désir de mettre des chaînes à la créativité pour qu’elle sorte de sa forme embryonnaire. Les extrémités sont à égales distances. Les couleurs naissent au fil des premières posées sur le papier. Les épreuves permettent une meilleure intuition. L’application est agréable et porte jusqu’au bout le geste. Je vais augmenter la difficulté en étirant les extrémités. Si la nature fait bien les choses, je pourrais alléger le trait en trouvant une autre amplitude, affiner sa progression et laisser sortir ce qui n’était pas encore visible.

Un petit pas

aquarelle sur toile de coton

L’après vie 2021 détail 🌾 💗 

aquarelle sur toile 20 x 20 cm

premier passage avant l’huile

j’évite de désacraliser le mythe, je l’honore, le respecte comme ma première barboteuse sagement rangée dans le carton des souvenirs ou les greniers de la mémoire si certaines et certains préfèrent

j’ai été conseillée pour cette peinture et nous sommes plusieurs à approuver ce système

j’espère qu’il vous ira

bonne semaine 😊 

La vie et l’après vie de toute chose en tout chose.

Un dimanche en EHPAD

tombola des enfants à l’EHPAD

La présidente de l’association pour laquelle j’avais accepté d’exposer à Sartrouville en 2018 a communiqué sur son site cette photo. Un immense merci à Elizabeth ! J’aime énormément ce moment où un enfant ne sait pas ce qu’il représente pour les personnes autour de lui.

La photo est amusante car la petite fille ne sait pas que derrière elle se trouve mes escargots. Elle est totalement à sa place. Quand nous étions petits, mon frère et moi allions voir la tante de notre “grand-mère“ en maison de retraite. Elle s’appelait Judith, adorait les enfants et embrassait nos joues très fort. J’ai mal au ventre quand je pense à elle. Mon frère et moi doutions qu’elle soit bien traitée. On se demande souvent combien de temps doit durer une visite pour que le personnel arrive à considérer la personne. Le lien se perpétue, c’est bien. On cache la mort ou la montrons de manière grossière. Quand un enfant vient, la scène qui se joue sous nos yeux part. Il faut maintenir ce lien car un souvenir trahi détruit des personnes qui forment une chaîne. Le lien n’est pas fort, le souvenir si.

Sur le moment on s’ennuie mais tant mieux, l’ennui construit en silence un adulte. 🤫🐌🌸

Bonté etc.

On me demande quelque fois de peindre mon atelier et de me peindre dans mon atelier. Je ne sais pas si c’est ce qu’on appelle une carte de visite. L’exercice est séduisant et va bien dans un book.

L’atelier – graphite et encre sur papier A5

Je suis dans mon art. Dans ma création. Un jour les cahiers se ressemblent assez pour être rassemblés.

Portrait – On n’est pas sérieux à 17 ans – graphite et encre sur papier A5

Il ne faut pas séparer les éléments. La couleur du jour à donné le titre aux dessins : bonté. Je n’arrive pas encore à faire se coïncider les deux. À 17 ans, je voulais être écrivain pas peintre. Cela m’amuse de penser en écrivant la tournure que pourrait prendre le dessin. En train d’écrire, entourée de mes livres, posters, musiques et ce bocal de spaghettis vide avec des pinceaux dont je ne sais pas à quoi ils servent.

Goodness – Bonté

Très bonne journée !! 🙂

Sketch d’une bibliothèque

Suggestion d’un passant lors d’un voyage au Havre. Visiter depuis une abbaye – ou une cathédrale – tout autre monument auquel elle fait penser, enlevée de sa charge religieuse. 😊

À Harfleur, ville connue pour ses maisons au bord de l’eau, c’est la bibliothèque de quartier Elsa Triolet qui s’imposa. Le musée du Prieuré a été visité ainsi que le centre culturel La Forge bien sûr mais, c’est la lumière sur ce bâtiment qui ramène à la chaux, aux malheurs de Sophie et autres contes tournant toujours autour de la maison qui se révéla comme sujet d’études excellent.

Depuis un carnet – à ses couleurs vert et blanc – j’ai rêvé de lui associer des notes d’été. 🏡🌴

L’après vie (fin)

L’après vie | 2020 | crayons de couleurs

Je n’arrive pas à commencer quelque chose de nouveau. Les projets en cours continuent de s’entasser. Il y en a tant que les compter est presque mission impossible. Alors à la Pentecôte, j’ai réouvert le carnet de dessins pour un nouveau L’après vie aux crayons de couleurs.

Le résultat me surprend : est-il de moi ? Je me le demande.

Il est possible que son intérêt le fasse exister sans moi.

Sainte Marguerite du Vésinet en photos

Quelque chose m’attire depuis très longtemps : dessiner dans une église. J’ai longtemps cherché celle qui convenait. M’asseoir et rester deux heures à dessiner des colonnes et des arcanes comme j’ai pu le voir par des soeurs à Vézelay est une graine semée dans mon esprit impossible à retirer.

Je l’avais fait il y a quelques années pour une élève en informatique au Sacré Coeur à Paris. On célébrait la sainte Thérèse d’Avilla et nous n’avons pas pu continuer nos rendez-vous. L’entrée des églises a été interdite juste après par la faute de menaces terroristes et l’explosion meurtrière au Bataclan. J’ai rongé mon frein durant tout ce temps. J’ai oublié cet épisode jusqu’à ce que je vois où une chaîne commencée pouvait de nouveau être reprise.

Ce rêve n’est plus assez jeune pour en faire un atelier de dessin classique. J’ai besoin d’innover sans vraiment encore savoir jusqu’où je peux aller. Que peut-on s’autoriser aujourd’hui ?

J’ai eu le coup de foudre pour celle-ci. Les rapprochements que je fais avec ma vie me l’a rend particulièrement singulière. Elle a des allures de chapelle. J’aime pouvoir regarder les différentes personnes qui ont déjà travaillées sur elle. Les fresques de Maurice Denis, les panneaux monumentaux de Denys Solère, les dalles teintes et harmonieusement positionnées, les petits motifs en pochoirs, les sculptures de saints et d’objets servant aux services religieux et bien plus encore pour un peu que l’on se penche. Les contempler est les énumérer et m’aide à entrer dans une joie totale. Dans cet amour créatif sonne une Épiphanie.

J’ai relevé sur internet des plans de construction de Marguerite pour en constituer un premier dossier. Ce n’est que de la documentation et peut très bien être sans lendemain. Je reste réaliste. L’art religieux est une affaire sérieuse. Les photos récentes pendant le confinement me donnent foi et courage.

D0A2F6A7-E58C-40D1-AF4A-7624FD34F66A2CF1CEAF-43FF-427F-8A87-9B5FFB460CF5F93C9496-5761-4107-9811-6A2F1953A2FF920F431F-5B73-481D-8088-2D40E4810901EF9E8A8A-32E3-492F-991E-CCBB57EED1DFE8EF6FD8-AB99-4787-8756-B03B663A27FAB5491E77-1E80-4323-A095-5F9EF57C9E6FCDDCC703-1B16-453E-97C3-C0F4F4C2F5C9A311BB49-7442-41C9-9678-FA05A02B4A1D735BDBBC-2FCD-4B30-9B7F-3DC0BC935D93DAE50E15-C9B6-4083-8EFA-76CD17C6F5F89596F0EC-0B82-434B-B6DC-BBB0BA37304ADF0F55E5-5E05-4E3B-9632-176CA981863C727B029A-F7C0-4ECE-848C-C650EF31E6BE9C12A240-E851-4B30-BAF9-EF6CD7651F5A5CF54A86-A6AA-4C7D-8EE2-E3C68DFB3FCADA691E3C-6747-43C8-A270-CD97768A0AB6

L’appétit vient en mangeant

Jumièges organise épisodiquement une manifestation culturelle dans son abbaye. L’art contemporain environnemental réuni des plasticiens, des sculpteurs, des paysagistes, des photographes en lien avec le Land Art. J’ai eu la chance d’en voir deux à ce jour et de connaître l’abbaye qui date du IXe siècle, l’une des mieux préservée en Normandie. La cuisine d’une auberge m’a fait dessiner sur place. Une escapade le temps d’un week-end à Rouen. Fin 2016.

produits de la mer depuis la Normandievin, lotte et crevette rose au cerfeuilà l'auberge des ruines en NormandieJumièges à Ciel Ouvert